thumb image

Mikaël Kingsbury écrit une autre page d’histoire en remportant deux médailles d’or consécutives aux Championnats du monde

Brenden Kelly et Sofiane Gagnon manquent le podium de peu, tous deux en quatrième place, leurs meilleures performances en carrière

Almaty, Kazakhstan – le 9 mars 2021 : Mikaël Kingsbury a écrit une nouvelle page d’histoire en tant que tout premier athlète masculin de ski acrobatique à défendre avec succès deux titres mondiaux après avoir remporté mardi la médaille d’or de l’épreuve de bosses en parallèle à Almaty, Kazakhstan.

L’athlète de 28 ans de Deux-Montagnes, Québec, qui avait aussi remporté l’or lundi à l’épreuve en simple, avait aussi réussi cet exploit aux Championnats du monde de 2019 à Deer Valley alors qu’il y avait réalisé un doublé, mettant la main sur le titre en simple et en parallèle. Les Championnats du monde se tiennent tous les deux ans, lors d’années non-olympiques.

« C’est tout un défi de remporter deux épreuves consécutives en Coupe du monde, mais ce l’est encore plus aux Championnats du monde », d’indiquer Kingsbury, qui détient maintenant trois titres mondiaux aux bosses en parallèle. « C’est incroyable de penser que je suis parvenu à réussir un tel exploit une fois de plus. »

Kingsbury, double médaillé olympique et champion en titre, s’est assuré de cette 11e médaille en carrière à ces Championnats, une sixième d’or, après avoir écarté l’Australien Matt Graham en super finale lors d’une journée sournoise sur le parcours.

« Le parcours et les conditions étaient difficiles aujourd’hui, surtout le parcours rouge », d’expliquer Kingsbury. « J’ai un peu perdu l’équilibre à l’amorce du deuxième saut mais j’ai néanmoins réussi à bien l’absorber à la réception pour franchir la ligne d’arrivée. Je dois reconnaître qu’aujourd’hui, tout le monde n’a pas été à son meilleur. C’était le genre de journée où quiconque parvient à franchir la ligne d’arrivée a une chance de l’emporter. »

L’épreuve de bosses en parallèle met au défi les meilleurs skieurs acrobatiques dans un format de tête-à-tête. Le plus rapide des deux athlètes à l’issue de la descente, tout en tenant compte de la qualité des virages et des sauts, avance à la ronde suivante.

Ce double triomphe couronne un retour remarquable à la compétition pour Kingsbury, qui avait manqué les trois premières épreuves de Coupe du monde de la saison en raison d’une fracture au dos (vertèbres T4 et T5) subie à l’entraînement en décembre, à Ruka en Finlande.

« Je tiens à remercier mon équipe à la maison : mon entraîneur physique, Scott Livingston, qui m’a aidé à me remettre de ma blessure; mon préparateur mental, Jean-François Ménard, qui m’a aidé à rester centré; Dr. Fontaine, qui a été là dès le premier jour pour veiller à ce que je reste sur la bonne voie; et mon entraîneur, Michel Hamelin, qui s’est assuré que tout le monde suivait le plan qui avait été mis en place. Sans eux, je n’aurais jamais mis la main sur ces deux titres additionnels aux Championnats du monde », d’ajouter Kingsbury. 

La deuxième place est allée à l’Australien Matt Graham qui a dû se résigner à se ranger derrière le légendaire Canadien, alors que le Japonais Ikuma Horishima défaisait le Canadien Brenden Kelly pour la troisième place.

S’appuyant sur sa 17e place méritée lundi à l’issue de l’épreuve des bosses en simple, Kelly, 25 ans, a aujourd’hui signé sa meilleure performance en carrière après avoir défait certains des meilleurs skieurs au monde. Franchissant les étapes à partir de la ronde de 64, le Britanno-Colombien de Pemberton a été relégué à la petite finale après s’être incliné devant son rival en demi-finale, l’Australien Matt Graham, ce qui l’a forcé à affronter Horishima, sans contredit l’un des meilleurs du circuit derrière Kingsbury.

« J’ai commencé l’épreuve dans une position difficile au tableau. Malgré que ma vitesse ne fût pas optimale face à mes compétiteurs, j’ai malgré tout réussi à atteindre la petite finale grâce à la qualité de mon ski. C’était vraiment palpitant de me rendre aussi loin », d’indiquer Kelly. « Je n’avais jamais exécuté autant de descentes dans une épreuve de bosses en parallèle en Coupe du monde, encore moins aux Championnats du monde! De me mesurer à de tels skieurs de talent m’a poussé à sortir de ma zone de confort et à repousser mes limites. »

Kelly, qui n’a pas pu maximiser son temps d’entraînement en janvier en raison d’une blessure à un talon, était confiant à l’amorce de ces Championnats suite à une cinquième place aux bosses en parallèle à la Coupe du monde de Deer Valley, son meilleur résultat en carrière sur ce circuit, alors qu’il avait devancé le talentueux Japonais. Cette fois, c’est Horishima qui a eu le dernier mot sur le Canadien.

« Après avoir battu Horishima lors de ma dernière compétition, à Deer Valley, je savais qu’il me donnerait du fil à retordre. J’ai tout donné mais malheureusement, j’ai perdu le contrôle après le premier saut où j’ai eu trop d’amplitude et je suis finalement sorti du parcours », d’ajouter Kelly. « De perdre en raison d’une sortie de piste est bien sûr un peu frustrant mais je suis quand même très fier de ma performance aujourd’hui, avec en poche mon meilleur résultat en carrière. »

Avant de se mesurer à Kelly, Horishima avait aussi fracassé les espoirs de médaille de deux autres Canadiens. Il avait disposé de Laurent Dumais, de Québec, à la ronde de 16 avant de battre Kerrian Chunlaud en quart de finale.

Chunlaud, de Sainte-Foy, Qc a terminé la journée avec une solide septième place tandis que Dumais terminait au 11e rang. Gabriel Dufresne, de Repentigny, Qc, a été éclipsé à la ronde de 32 après s’être incliné contre l’Américain Bradley Wilson.

Chez les femmes, une jeune Canadienne avait aussi les yeux rivés sur son premier podium de l’épreuve en parallèle.

Âgée de 21 ans, Sofiane Gagnon, de Whistler, C.-B., plus jeune membre de l’équipe canadienne à Almaty, a terminé la journée en quatrième place, son meilleur résultat à ce jour sur le circuit mondial.

« La semaine n’a pas été facile pour Sofiane. Le parcours était difficile et elle a eu de la difficulté à s’adapter », de partager Schiman, son entraîneur, avant d’ajouter que Gagnon n’a pris part qu’à deux compétitions depuis deux ans alors qu’elle se remettait d’une blessure au genou.

« On a dû prendre des décisions difficiles tôt en saison, gardant Sofiane à l’écart des Coupes du monde de décembre et de février pour lui permettre de s’entraîner au Canada en vue d’une forme optimale pour les Championnats du monde. Elle ne s’en est pas plaint et elle a bien compris la pertinence de ces décisions. Aujourd’hui, elle a relevé le défi avec une super attitude malgré un résultat décevant aux bosses en simple hier, et elle a livré la marchandise conformément à ce qu’elle faisait à l’entraînement, ce qui était en soi suffisant pour battre quiconque au tableau. »

Calme et posée, la talentueuse athlète a confirmé son potentiel en terminant à deux doigts de décrocher son laissez-passer pour la super finale après avoir perdu son duel en demi-finale contre l’éventuelle médaillée d’argent, la Russe Viktoriia Lazarenko. Quelques petites erreurs ont également coûté à Gagnon le duel pour le bronze. Elle a été écartée du podium par Anastassiya Gorodko, du Kazakhstan, en petite finale.

« La journée a été particulièrement spéciale pour moi », de mentionner Gagnon. « Mon dernier départ en bosses en parallèle remonte aux Championnats du monde de 2019. J’étais donc très enthousiaste à l’idée de me retrouver dans le portillon de départ après deux ans. De revenir à la compétition après une longue réhabilitation et de parvenir à réaliser une telle performance, ma meilleure en carrière, signifie beaucoup pour moi. »

La Russe Anastasiia Smirnova a été couronnée championne de l’épreuve féminine de bosses en parallèle.

Les Montréalaises Justine et Chloé Dufour-Lapointe étaient aussi du départ mardi. Justine a terminé au neuvième rang après s’être inclinée en ronde de 16, alors que sa sœur aînée, Chloé, voyait son parcours se terminer en ronde de 32; elle a finalement terminé au 19e rang.

Les Championnats du monde de ski acrobatique se poursuivent mercredi avec l’ouverture des épreuves de sauts.

CLASSEMENT DES CANADIENS :

Femmes : Sofiane Gagnon (4), Justine Dufour-Lapointe (9), Chloé Dufour-Lapointe (19)

Hommes : Mikaël Kingsbury (1), Brenden Kelly (4), Kerrian Chunlaud (7), Laurent Dumais (11),

Gabriel Dufresne (19)

@freestylecanadaski

Canada Own the Podium Toyota B2ten Mackenzie Investments Canadian Olympic Committee Anta